Extremilsim


Le couchage pour les nuls

Partagez

shawnX
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 87
Date d'inscription : 01/08/2011

Le couchage pour les nuls

Message par shawnX le Jeu 4 Aoû - 12:39

Bonjour,

Voici un copier/collé d'un topic que j'avais créer sur FA pour les personnes souhaitant faire des petit op de 48h. Ca vaut ce que ca vaut, mais ca pourra donner des idées aux novices :


Ce soir il m'a pris l'envie de partager mon "lit de combat". Dormant à l'extérieur régulièrement, j'accorde une grande importance à mon matériel de bivouac car les rares moment de sommeils qui nous sont accordés lors de sorties sur plusieurs jours doivent être de la meilleure qualité possible pour avoir un sommeil récupérateur et être frais et dispo pour la mission.

Les contraintes sont :

* Être protégé du vent
* Être au chaud
* Être au sec
* Être protégé des insectes et animaux peut-commodes
* Pouvoir être rapidement opérationnel, donc dormir habillé/chaussé
* Rester discret


**Je vais commencer par parler des protections externes, c'est à dire le toit et le sol. Pour ceci j'utilise un Basha qui me protège du vent et de la pluie, celui-ci est étanche donc déparlant , traités contres les infrarouges pour les adversaires possédants des JVN/NVG, pèse 1Kg et prends peut de place dans le sac une fois compressé.
Il est installé le plus prêt possible du sol grâce à 6 sardines et de la cordelette.



**La protection au sol n\'est pas à négliger pour plusieurs raisons :

* Le confort sur un sol inégal en dépend et nous évite donc les courbatures
* Une grande quantité de chaleur peut être perdu par le sol si l'isolation n'est pas bonne.
* Si le sol est mouillé après une journée de pluie, elle permet de dormir au sec.

Un simple tapis de sol reuni ses caractéristiques, il en existe de toute forme, tout format, toues matières, tout poids et encombrements et aux couleurs de la nature :



**Maintenant que nous sommes bien isolé, nous allons passer au \"lit\" en lui même.
Pour cela j'utilise un sac de couchage Snugpack Jungle prévu pour un confort à 7° qui à l'avantage d'être peut encombrant, aux couleurs de la nature, peut onéreux (70€) et équipé d'une moustiquaire pour être étanches aux petites bêtes.

Note : Lorsque vous rangez votre sac de couchage dans sa housse, préférez le "bourrage" direct au "roulage-pliage", ceci évite de plier la ouate toujours au même endroit, et c'est tellement plus facile et rapide…Veillez à ce que votre sac de couchage soit parfaitement sec avant de le ranger pour plusieurs semaines.Un sac en duvet doit être rangé décomprimé, afin qu'il conserve son gonflant, donc ses qualités thermiques. Ce stockage "décomprimé" est moins indispensable pour les garnissages synthétiques, mais quand même conseillé.


**Ensuite pour protéger mon sac de couchage intérieurement et donc pouvoir y rentrer habillé avec mes chaussures boueuses j'y ai rajouté une doublure interne en paratex ( dit "sac à viande") de cette manière c'est elle qui est salie et lavé plutôt que le sac de couchage qui perd en capacité de rétention thermique au lavage. Elle constitue également un barrage supplémentaire à l'eau tout en restant respirant et vous fait gagner en chaleurs 1 ou 2° de confort :




** J'utilise également une doublure extérieure camouflé en goretex qui me permet de :



* Ne pas salir extérieurement le sac de couchage

* Rester étanche à la pluie si on utilise l'ensemble sac de couchage seul

* Rester camoufler

* Gagner de la chaleur et quelques degrés ° de confort

* Protège du vent





Voilà en photo toutes les couches (Sur sac goretex, sac de couchage, "sac à viande" en paratex et la moustiquaire dépliés :






L'ensemble fermé :






Et ma petite astuce pour que toutes les couches et doublures restent solidaires , une fois le "sandwitch" fait je rassembles les coins de chaque élément ensemble au niveau des pieds et sert le tout avec un collier "serflex". De cette manière tout reste en place et se plie et déplie facilement sans bouger :






Vous êtes maintenant parait à dormir dans la verte confortablement pour un prix de revient de 150€ si vous vous débrouiller bien ou environ 230€ neuf en magasin.

capt. tonton ryan
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 17
Date d'inscription : 02/08/2011

Re: Le couchage pour les nuls

Message par capt. tonton ryan le Jeu 4 Aoû - 13:31

Pas mal l'astuce du serflex.
Où as tu acheté ta moustiquaire ?

Niko_41

Messages : 1124
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 39
Localisation : Blois

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Niko_41 le Jeu 4 Aoû - 13:39

Bon tuto, l'essentiel y est Razz Merci.

shawnX
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 87
Date d'inscription : 01/08/2011

Re: Le couchage pour les nuls

Message par shawnX le Jeu 4 Aoû - 14:36

C'est la moustiquaire intégré dans le SnugPack Jungle Wink Mais avec du fils et une aiguille ca doit d'ajouter facilement sur n'importe quel sac, bien que ce soit inutile sur les duvets d'hiver.

Sebastos
Membre bureau LRMA
Membre bureau LRMA

Messages : 4441
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 41

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Sebastos le Jeu 4 Aoû - 14:46

Petit conseil supplémentaire ... ce n'est pas parce qu'il fait chaud et soleil lors de la préparation du sac à dos qu'il fera chaud pendant la nuit sur le terrain. Ne jamais sous-estimer les caprices de la nature.

Et lorsque les nuits sont chaudes à 150m d'altitude, elles le sont moins à 800m Wink

oliva
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 766
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 55
Localisation : Montpellier

Re: Le couchage pour les nuls

Message par oliva le Jeu 4 Aoû - 14:53

Isotherme zéro degré

L'isotherme zéro degré (également appelée niveau de congélation et notée isotherme 0 °C ou iso 0°) représente l'altitude minimale à laquelle la température atteint la valeur de 0 degré Celsius dans une atmosphère libre (en l'absence de réverbération des rayons solaires par de la neige, etc.) dans une région de la surface terrestre et un intervalle de temps donnés. Cette mesure est effectuée sur une période de temps relativement courte (de l'ordre de la journée, parfois moins)1.


L'isotherme 0°C est une frontière fictive entre deux masses d'air : au-dessus de l'isotherme 0°C, l'air est à une température négative, en dessous de l'isotherme, la température est positive. Le profil de cette frontière et ses variations sont étudiés en météorologie en vue de prévisions et recommandations diverses. Elle n'apparaît pas sur les cartes météo générales, mais figure par exemple sur les bulletins de prévisions en montagne.

« Isotherme » est un terme féminin, bien que l'usage consacre souventle genre masculin par abus. Dans un contexte où prévalent les degrés Fahrenheit, l'isotherme 0°C se note iso 32F.


Iso 0° en conditions normales.






Sommaire





  • 1 Mesure, modélisation
  • 2 Caractéristiques
  • 3 Variations de l'isotherme 0°C

    • 3.1 Isotherme 0°C moyenne et au sol
    • 3.2 Niveau de gel
    • 3.3 Estimation

  • 4 Zéros multiples

    • 4.1 Large échelle dite synotique
    • 4.2 Petite échelle dite méso-échelle

  • 5 Notes et références
  • 6 Voir aussi

    • 6.1 Bibliographie
    • 6.2 Articles connexes



Mesure, modélisation


Pour repérer la structure de température de l'atmosphère, il existe différents moyens :


  • le radiosondage, par lâcher de ballon-sondes2, est le moyen le plus ancien et le plus courant. De nombreux pays procèdent à la prise de ces données deux fois par jour, en différents points distants de plusieurs centaines de kilomètres l'un de l'autre2,
  • l'usage d'appareillage de mesure de température à bord des avions commerciaux permet de repérer l'isotherme et de signaler sa hauteur au contrôle aérien,
  • les satellites météorologiques sont munis de capteurs qui peuvent effectuer un sondage de l'atmosphère en notant la radiation infrarouge émise par celle-ci, en utilisant des méthodes de télédétection,
  • les radars météorologiques notent le phénomène de bande brillante, un rehaussement des échos radars qui se produit juste sous cette isotherme lors de la fonte de neige dans la couche au-dessus de zéro Celsius,
  • le profileur de vents,
    un radar pointé verticalement, en plus des échos radars, note la
    vitesse de chute des précipitations qui est différente entre la neige,
    la pluie et la neige fondante.

Selon la fréquence et la résolution de prise de données, ces différents moyens permettent de repérer la variation de l'isotherme de manière plus ou moins fine. Les radiosondages, par exemple, ne permettent qu'une vision semi-journalière et très grossière, tandis que les radars météorologiques permettent de voir la variation toutes les cinq ou dix minutes, s'il y a des précipitations, et ce avec une résolution de un ou deux kilomètres.

Pour modéliser et traiter informatiquement le signal de température dans l'espace, la méthode usuelle est l'utilisation d'un champ scalaire ou d'un champ vectoriel associés aux valeurs et aux variations.

Caractéristiques


Les données des ballons-sondes permettent d'établir une carte générale de l'isotherme 0°C pour un territoire donné. Ces mesures étant des moyennes, l'isotherme 0°C peut varier selon les conditions locales ; variations faibles en plaines mais souvent importantes en montagne ou aux abords des côtes, notamment.

L'isotherme 0°C varie globalement en même temps que dépressions et anticyclones se forment, se déplacent et disparaissent. Il est assez facile de cartographier l'isotherme 0°C sur de vastes territoires, avec une marge d'erreur assez faible. Par contre, les variations brutales et locales de l'isotherme 0°C, qui ne sont pas hasardeuses mais liées principalement à l'humidité, au vent, et à l'ensoleillement, exigent une étude de terrain plus difficile à mener. Il est bien plus complexe d'établir des prévisions en fonction de ces facteurs, et cela n'est de toute façon possible qu'à court terme.

De plus, si la stricte définition de l'isotherme zéro fait référence à une atmosphère libre, les conditions usuelles de mesures ne sont généralement pas aussi parfaites. En réalité, on s'intéressera plutôt précisément à la façon dont l'isotherme zéro est affectée par des conditions météorologiques changeantes et peut apporter des informations utiles sur les variations, parfois très brusques, des facteurs tels que la température, l'ensoleillement, la pluie, l'humidité et la structure des systèmes météorologiques.

La mesure quotidienne de l'isotherme 0°C est importante pour plusieurs raisons. Elle entre en compte dans la détermination du niveau moyen de gel, très utile pour lutter contre le givre dans divers milieux. Les alpinistes, les skieurs et les responsables de la sécurité des stations de ski y sont particulièrement attentifs pour appréhender l'état du manteau neigeux, qui varie fortement selon les regels et dégels et conditionne les risques d'avalanches. Une autre utilisation de l'isotherme 0°C consiste en la détermination de la limite pluie/neige, principalement utile en montagne, encore une fois. On peut également mentionner que les pilotes d'avions utilisent des cartes d'isotherme 0°C, tant comme mesure brute que comme indicateur des variations météorologiques locales rapides. Elles sont essentielles pour repérer les zones de givrage dans les nuages et les précipitations avant de se trouver dans ces conditions.

Variations de l'isotherme 0°C



Iso 0° et pente neigeuse, de jour et en conditions normales : élévation moyenne.






Iso 0° et pente neigeuse, de nuit et en conditions normales : forte perte d'altitude.





L'isotherme 0°C peut être très stable sur un grand territoire. Elle varie sous deux conditions :


  1. Changement de masse d'air, souvent accompagnée de nuages au sein d'une dépression, dans la zone des fronts froids et chauds.
    Ce changement s'effectue graduellement sur quelques dizaines de kilomètres dans le cas du front froid et centaines de kilomètres dans celui des fronts chauds.

  2. À proximité des reliefs, des conditions locales de réchauffement différentiel dus à la neige, à l'ensoleillement, à la réverbération des rayons lumineux, aux vents et au taux d'humidité, permettent des variations rapides en moins de quelques kilomètres, voir mètres, en hiver aussi bien qu'en été. De plus, les phénomènes de subsidence ou d'ascendance qui s'y produisent vont contribuer à la variation du niveau de l'isotherme 0° C.

On distingue dans ce second cas deux écarts :


  • l'écart entre l'isotherme 0°C moyenne et l'isotherme 0°C « réelle » associé au sol, à une pente ;
  • l'écart entre l'isotherme 0°C « réelle » et le niveau de gel.

Isotherme 0°C moyenne et au sol


De jour et par temps dégagé, l'isotherme 0°C varie à la hausse, faiblement ou moyennement, au niveau des pentes exposées aux rayons du Soleil.
Par rapport aux pentes ombragées, où l'isotherme 0°C est en général à peu près égale au niveau moyen calculé, l'élévation de l'isotherme 0°C peut atteindre plusieurs centaines de mètres, ce qui accélère le dégel du manteau neigeux en hiver, le dégagement de chaleur en été.
La nuit, par temps clair et en l'absence de vent modéré ou fort, l'isotherme 0°C descend rapidement. Cette baisse peut atteindre 1 000 ou 2 000 mètres, voire plus.[réf. nécessaire] Une couverture nuageuse
stabilise les variations de l'isotherme 0°C, et est souvent accompagnée
– en montagne tout du moins – de vents modérés à forts dans un air
humide. Ces variations se produisent en général de façon très localisée,
avec des forts écarts – autour d'une dizaine de degré assez souvent –
entre les versants exposés au Soleil et ceux ombragés, selon
l'exposition aux courants d'air, l'humidité ambiante, etc.

Le sol, les vents rasants, l'exposition au Soleil sont donc des facteurs qui font varier la température localement. Les écarts à l'isotherme 0°C s'expliquent par analogie à l'effet de serre.
Par temps couvert, les nuages retiennent le rayonnement nocturne du sol. L'écart de température sera faible ; de même en cas de vent modéré ou fort, surtout si l'air est humide
– ce qui favorise l'émission de chaleur vers l'espace, donc le refroidissement du sol lui-même. À l'inverse, par temps dégagé, le rayonnement nocturne est efficace et l'écart de température augmente.
Ces écarts à la hausse sont favorisés par l'absence de vent (ou vent faible) et par un air sec, et peuvent atteindre une amplitude de plusieurs centaines de mètres.

Il s'agit donc du mécanisme de réchauffement climatique appliqué localement, à une pente, à une vallée... En journée, les températures augmentent si le rayonnement du Soleil est direct, surtout sur les pentes exposées, et inversement. Définir une isotherme 0°C précise est de ce fait impossible, car elle dépend des confrontations de masses d'air chaudes et froides, constamment en mouvements dans les zones montagneuses.

Niveau de gel


Le niveau de gel représente l'altitude à partir de laquelle le phénomène de congélation transforme par exemple la neige superficielle en glace. Ce niveau est très proche ou égal à l'isotherme 0°C au sol, sur les pentes, en l'absence de vent fort ou d'une forte humidité ; aussi appelle t-on parfois l'isotherme 0°C le « niveau de congélation. » L'équivalence n'est cependant pas toujours stricte.

En effet, un écoulement turbulent du vent ou un rayonnement solaire intense peuvent faire varier (faiblement) le niveau de gel via les hausses et baisses rapides de température. Tout comme la température ressentie peut être très inférieure à la température mesurée en cas de vent fort, la neige peut se changer en glace en dessous ou au-dessus de 0°C si des facteurs favorisent la transformation. C'est notamment le cas sur les versants nord des cols, goulots d'étranglement où le vent s'accélère et tourbillonne en redescendant.

Le niveau de gel est très important en montagne, car l'état et la stabilité du manteau neigeux est tributaire de ses variations (regel nocturne et dégel diurne). Même si les écarts entre ce niveau et l'isotherme 0°C restent faibles et sans réel danger, ils peuvent tromper un alpiniste sur l'état du manteau neigeux à un endroit crucial, et favoriser les accidents.

Estimation


En l'absence de données météorologiques récentes ou fiables, il peut être utile de savoir estimer l'altitude de l'isotherme zéro degré (par exemple en montagne lors d'une course de plusieurs jours, ou lorsque confronté à un microclimat, un évènement météo inattendu, etc.) Une estimation rapide repose sur la température, en négligeant l'influence des autres paramètres atmosphériques, sur la base d'un gradient positif de 0,6 degré Celsius par tranche de 100 mètres gagnés (soit environ un degré pour 165 mètres) 3 :


Cette méthode4 ne saurait donner accès à plus qu'un ordre de grandeur, et n'est pas utilisable en cas de variations des conditions météorologiques rapides (quelques heures). Tenir compte également de la probabilité qu'une inversion de température affecte la zone (voir ci-après).

Zéros multiples


Large échelle dite synotique


Dans les zones de fronts chauds, l'air doux est forcé de monter le long du front par l'air froid des couches inférieures. Il s'établira une stratification des températures qui pourra être isotherme ou même réchauffer depuis la surface jusqu'à une certaine hauteur puis diminuera selon un gradient thermique normal.
Dans certaines conditions où la circulation des vents canalise une masse d'air au sol de température inférieure au point de congélation, la température de l'air soulevé pourra être au-dessus de 0°C et le rester sur une certaine épaisseur avant de retomber sous zéro. Ceci mène à des situations où des précipitations givrantes se développent: pluie verglaçante, grésil, neige en grains et neige roulée.

Petite échelle dite méso-échelle


En montagne, plusieurs isothermes 0°C peuvent coexister. Il peut par exemple arriver que trois masses d'air se superposent, formant trois couches distinctes. Par subsidence, une masse d'air froide chute et emplit la vallée, tandis que de l'air
chaud se place au-dessus. Une troisième couche d'air, froide, surplombe les deux premières. Il fait alors plus chaud au-dessus de la vallée, mais moins qu'en haute altitude.

Un ballon-sonde lâché depuis la vallée traverserait successivement ces trois couches d'air en équilibre. Dans la première, la température chuterait par exemple avec l'altitude, à raison de 0,65°C tous les 100m (le gradient atmosphérique normalisée de l'OACI)3.
Une première isotherme 0°C pourrait être est atteinte. À l'approche de la seconde couche d'air, plus chaude, le ballon-sonde enregistrerait une élévation des températures, redevenant petit à petit positives, ce qui définirait une deuxième isotherme 0°C. Dans la troisième couche d'air, une nouvelle chute des températures serait enregistrée, avec une troisième isotherme 0°C et des températures toujours négatives par la suite.

Ce cas de figure se produit assez fréquemment lorsque de l'air froid se retrouve à basse altitude, même sans atteindre des températures négatives. Typiquement, cela est possible lorsqu'un courant froid se retrouve emprisonné dans une vallée à cause d'un coup de vent soudain ou de basses pressions. Chassant l'air chaud, qui s'élève au-dessus, il provoque la formation d'une couche nuageuse qui sépare les deux masses d'air. Cette couche de nuages, bien souvent des stratus, peut avoir une épaisseur de plusieurs centaines de mètres5,6 et forme un plafond qui contribue à la stabilité du phénomène. Cette configuration des masses d'air, cloisonnées et superposées, se maintient alors jusqu'à ce qu'une dépression vienne bouleverser les équilibres thermiques ou que les températures s'égalisent (le soir et la nuit, par exemple).


Dernière édition par oliva le Jeu 4 Aoû - 15:21, édité 1 fois

Sebastos
Membre bureau LRMA
Membre bureau LRMA

Messages : 4441
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 41

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Sebastos le Jeu 4 Aoû - 15:12

Ca, c'est du wiki Laughing
(je ferai la mise en page ce soir, à tête reposée.

Vitalik
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 42
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 27

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Vitalik le Jeu 4 Aoû - 15:23

Je rajouterai simplement qu'il est inutile d'avoir un tapis de sol qui soit aussi grand que vous, donc n'hésitez pas à découper le tapis pour gagner de la place, l'important est d'isoler le haut du corps (buste et tête, là où est concentrée la chaleur)

Dans la mesure du possible, éviter de dormir habillé ! Sinon ça caille quand on sort !

oliva
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 766
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 55
Localisation : Montpellier

Re: Le couchage pour les nuls

Message par oliva le Jeu 4 Aoû - 15:37

Pour ma par depuis quelques années j'ai opté pour un auto gonflant en 120cm très isolant et largement suffisant




Équipement:

Test : 8 matelas auto gonflants ultralégers au banc d'essai


Nous
avons passé à la loupe huit matelas autogonflants adaptés au trekking :
légers, peu encombrants, solides, isolants... De très nombreux matelas
sont présents sur le marché. Pour autant, la randonnée itinérante en
montagne réduit cette sélection à quelques modèles très précis.


Nos critères


Contrairement aux idées reçues, la fonction première d’un matelas orthodoxe est thermique.
Ainsi l’épaisseur, ou la densité choisie, sont d’abord définies par la
saison et le type de climat rencontré. Un matelas 3 saisons est ainsi
plus fin que celui destiné aux saisons froides. Les premiers signes
d’inconfort viennent donc de la température du sol et il est crucial de
dresser une barrière isolante entre vous et ce dernier ; afin de lutter
contre deux des ennemis du trekkeur en phase de sommeil, le froid et
l’humidité.

Un matelas autogonflant est bâti autour d’une mousse extensible
dotée de cellules ouvertes dans lesquelles l’air ira se loger lorsque
vous le déroulez. Autogonflant certes, mais à votre charge de finir ce
gonflage à la bouche et obtenir ainsi la fermeté désirée. Cet air sera
expulsé et le volume réduit et compressé lorsque votre matelas se glisse
dans votre sac à dos. Cette mousse est le cœur de la construction. Elle
doit vous garantir un confort homogène quelles que
soient la pression et la position de sommeil. Évidemment, la qualité
requise est aussi définie par votre morphologie et votre poids. Certains
fabricants proposent également des modèles dédiés uniquement à la gent
féminine.

Deux autres éléments interviennent pour obtenir un matelas de qualité. Une partie inférieure plus rigide et surtout plus solide,
capable de résister aux épreuves imposées par le terrain. La fragilité
des matelas autogonflants est l’une des équations que doivent affronter
les fabricants. Obtenir un produit compressible, confortable mais ferme,
à l’épreuve des épines, pierres ou tout autre aléa capable de percer le
tissu et atteindre la structure contenant les cellules d’air. Car une
fois percée, la quasi-totalité des matelas demeure inutilisable sans une
intervention réparatrice. Pour bon nombre de modèles, un kit de réparation
est fourni lorsque vous achetez votre modèle. Attention à respecter les
indications requises, car les empiècements, tout comme la colle ou la
solution utilisée, doivent respecter un cahier des charges qui peut
différer d’une marque, voire d’un modèle, à l’autre.

Hormis une fonction de protection des cellules, la partie inférieure du matelas devra absorber et « aplanir
» le terrain choisi et préserver ainsi la partie supérieure d’un relief
désagréable. Dernier aspect, l’enveloppe extérieure, étanche,
extensible, ce tissu doit répondre aux variations de taille de votre
modèle. Du stockage réduit au gonflage optimum. Et sa texture doit enfin
vous éviter de glisser lorsque le terrain n’est pas fondamentalement
plat, sans pour autant être désagréable au contact de la peau.

Pour ce dossier, nous avons sélectionné des produits légers,
destinés à être embarqués dans un sac à dos. La plupart des modèles
soumis par les fabricants sont d’une épaisseur de 2,5 cm, hormis Casa
Artiach et Ortlieb qui ont opté pour un modèle plus épais (4 cm et 3,8
cm) aux capacités isolantes forcément plus importantes, mais le poids
embarqué l’est tout autant.

Un matelas 3/4 se
concentrent uniquement sur le haut du corps, des épaules au milieu des
jambes. Laissant le bas des jambes à l’air libre. Une option d’ailleurs
présente chez la plupart des fabricants au gré de leur gamme et de leurs
conseils d’utilisation. Des versions courtes à réserver pour des
conditions estivales lorsque le sol n’est pas trop froid. Même si les
parties essentielles du corps sont préservées. Ou à combiner avec un
matelas classique type Karrimat, lorsque le poids devient le centre de
toutes les préoccupations.


Les modèles testés


ORTLIEB


Classic
Taille : 184x52 cm
Épaisseur : 3,8 cm
Poids : 1 180 g
Matériaux utilisés : mousse alvéolaire ouverte, tissu PU
Prix public indicatif : 75 euros

Confort : 4
Praticité : 3
Finitions/Solidité : 4
Nos commentaires : un
reproche pour ce modèle. Un volume trop important une fois roulé. Mais
le confort et la robustesse sont indéniables. Un modèle finalement plus
adapté aux campements statiques qu’au bivouac lointain en autonomie
lorgnant vers le léger.

CASA ARTIACH







Compact-Lite
Taille : 185x50 cm
Épaisseur : 4 cm
Poids : 960 g
Matériaux utilisés : mousse alvéolaire ouverte, polyester ripstop
Prix public indicatif : 59 euros

Confort : 5
Praticité : 5
Finitions/Solidité : 5

Nos commentaires : avantage
notable niveau confort pour ce modèle de Casa Artiach qui affiche une
épaisseur plus cossue que certains de ses petits camarades. Mais
évidemment plus lourd. À noter un prix franchement abordable et une
finition judicieuse. À l’image de la protection sur la valve de
gonflage.

FERRINO







Superlite
Taille : 183x51 cm
Épaisseur : 2,5 cm
Poids : 860 g
Matériaux utilisés : mousse alvéolaire ouverte, tissu Diamond, trame antidéchirure
Prix public indicatif : 50 euros

Confort : 4
Praticité : 4
Finitions/Solidité : 4

Nos commentaires :
une découpe classique pour un modèle homogène.

WILSA







Automat ultra ligth
Taille : 122 x 21 cm
Epaisseur : 2.5 cm
Poids : 740 g
Matériaux utilisés : mousse alvéolaires extensible
Prix public indicatif :

Confort : 3
Praticité : 3
Finitions/solidité : 3

Nos commentaires : Une
taille ? pour qui veut alléger son sac même si le modèle avoisine les
750g. RAS côté confort lorsque le gonflage à la bouche est adéquate. Un
reproche quand même, l’absence de sangles de compression pour stocker
plus simplement le matelas une fois roulé.

FERRINO







Superlite Mummy
Descriptif : matelas mousse alvéolaire ouverte, forme sarcophage
Taille : 183x51 cm
Épaisseur : 2,5 cm
Poids : 610 g
Matériaux utilisés : mousse alvéolaire ouverte, tissu Diamond, trame antidéchirure
Prix public indicatif : 55 euros

Confort : 3
Praticité : 4
Finitions/Solidité : 4

Nos commentaires
:

le choix de sa découpe permet de gagner un poids précieux. Un contact
confortable pour un modèle homogène, encore faut-il de ne pas trop se
mouvoir pendant la nuit.


THERM-A-REST







Prolite 3 reg
Taille : 183x51 cm
Épaisseur : 2,5 cm
Poids : 552 g
Matériaux
utilisés : tissu extérieur en polyester Diamond 70 deniers, côté sol en
polyamide 70 deniers renforcée avec antidérapants en polyuréthane.
Prix public indicatif : 85 euros

Confort : 5
Praticité : 5
Finitions/Solidité : 5

Nos commentaires :
Therm-a-rest confirme avec ce modèle que le fabricant américain reste
une référence en la matière. Avec un rapport poids/confort optimum.

QUECHUA







A 200
Taille : 175x50 cm
Épaisseur : 2 cm
Poids : 570 g
Matériaux utilisés : mousse alvéolaire ouverte
Prix public indicatif : 39,90 euros

Confort : 3
Praticité : 4
Finitions/Solidité : 3

Nos commentaires : léger certes mais un confort et une protection un peu fins. Les 2 cm y sont aussi pour beaucoup.


LAFUMA







Mountain
Taille : 122x51
Épaisseur : 2,5 cm
Matériaux utilisés : polyester ripstop
75 D, mousse polyuréthane ajourée
Poids : 450 g
Prix public indicatif : 45 euros

Confort : 3
Praticité : 4
Finitions/Solidité : 4

Nos commentaires :
l’option 3/4 est non négligeable. Elle permet de gagner un poids
évident, mais le confort global n’est pas susceptible de convenir à tous
les utilisateurs.


Quelques conseils


Avant d’investir








  • Comme pour tous les autres achats, il convient de cibler votre
    pratique. Quelle saison, quel portage, quelle utilisation ? Quelle
    morphologie ? Le poids d'un matelas peut osciller entre 500 g et
    plusieurs kilos. La saison principale d’utilisation définit le type de
    modèle qui vous conviendra.


  • Certes le poids de votre matelas a son importance, mais votre
    confort nocturne l’est tout autant. Ne rognez pas – trop – sur le
    confort sous peine de nuit blanche. Ainsi, beaucoup d’entre nous
    éprouvent les plus grandes difficultés pour dormir sur un modèle 3/4.


  • Veuillez à ce que votre modèle soit doté d’un système de
    rangement simple et adéquat. Sangles de compression élastiques ou
    sangles simples, diamètre de la housse de rangement adaptée… Autant de
    points essentiels lorsque vous devrez ranger et remballer votre couchage
    tous les matins. D’autant qu’un rangement sûr et soigné est aussi gage
    de longévité de votre matériel.

Après investissement








  • Veillez à embarquer un kit de réparation adapté au modèle
    choisi. Et surveiller le sol lorsque vous étendez votre matelas. Être
    attentif aux épines et autres aléas susceptibles de percer l’enveloppe
    extérieure. En cas de « crevaison », localiser le trou à l’aide d’eau
    savonneuse. Puis effectuer l’intervention une fois l’air expulsé des
    cellules, le tissu parfaitement sec. Attention, il est parfois conseillé
    d’atteindre près de vingt-quatre heures avant une nouvelle utilisation…


  • Soyez vigilant lorsque vous rangez et roulez votre matelas dans
    son sac de rangement de ne pas embarquer épines et autres ennemis
    abrasifs ou perçant.


  • Lorsque les conditions l’exigent ou le permettent, ne pas
    hésiter à « doubler » votre matelas autogonflant avec un premier matelas
    doté de mousse à alvéoles fermées.


  • Dans la mesure du possible, éviter de stocker votre matelas dans
    son sac de compression. À ranger propre, au sec, déroulé, la valve
    ouverte à l’écart de toute source de chaleur.

Vitalik
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 42
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 27

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Vitalik le Jeu 4 Aoû - 18:28

Et que penser du hamac filet ? Mieux qu'un matelas ? J'aimerai bien m'en prendre un mais le soucis c'est qu'en général, lorqu'on fait un abris, on fait un abris collectif et non chacun dans son coin....

L'avantage ici c'est que c'est très rapide à mettre en place (hamac entre 2 arbres, une bache par dessus et hop le tour et joué, l'inconvénient est qu'il faut trouver le bon endroit (pas forcément plus compliqué que trouver un bon endroit au sol...)

shawnX
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 87
Date d'inscription : 01/08/2011

Re: Le couchage pour les nuls

Message par shawnX le Jeu 4 Aoû - 18:34

Perso je dors très mal dedans car j'ai souvent tendance à bouger dans mon sommeil. Biensûr avec un gros manque de dodo on dors bien partout Smile

Niveau fraîcheur je préfaire également dormir sur le sol avec un bon matelat, mais ca reste relativement confortable niveau T° de ce que je m'en souvient.

Sebastos
Membre bureau LRMA
Membre bureau LRMA

Messages : 4441
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 41

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Sebastos le Jeu 4 Aoû - 19:03

L’inconvénient du hamac c'est que le flux d'air t'enveloppe totalement et tu aura plus froid qu'en dormant au sol. Maintenant, en été, c'est pas désagréable ... encore faut il tendre son hamac correctement.

Niko_41

Messages : 1124
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 39
Localisation : Blois

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Niko_41 le Jeu 4 Aoû - 20:49

Oui, le hamac c'est bien en Guyane. Chez nous comme Marsouin le signale, c'est un peu froid. Ou alors mettre un tapis de sol dedans, mais a se compte la autant dormir par terre.
Mais le hamac à ses charmes, perso j'aime bien. C'est rapide a monter et peu encombrant. Donc pour dormir 4 heures dedans pendant une op milsim, ca le fait.

onemove

Messages : 16
Date d'inscription : 18/09/2011

Re: Le couchage pour les nuls

Message par onemove le Sam 8 Oct - 18:37

Pour le hamac, suis entièrement contre sauf dans la jungle !
faite l'expérience du hamac en tenue dans le sac de couchage faite un gros dodo réparateur, et hop on attaque votre bivouac (par expérience au moins 80% des personnes vont prendre une camelle mémorable sans oublier que vous allez vous retrouvez au niveau de tir général !!!

divervince
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 290
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 31
Localisation : lyon

Re: Le couchage pour les nuls

Message par divervince le Sam 8 Oct - 23:15

perso si je dois dormir en hauteur, je préfère dormir debout avec 2 ceintures contre un arbre (technique spetsnaz pour ceux qui connaissent) que de dormir dans un hamac...

je n'utilise le hamac que dans le cas ou il faut être vraiment isolé (hamac + moustiquaire intégrale autour) ce qui n'est utile que dans les zones humides et chaude en métro, on est pas trop sujet à ce type de climat (pour ne pas dire pas du tout)

sinon pour dormir au sol, bache (pour le vent)+tapis de sol+ poncho+ sac de couchage adapté a la température+ sur sac (pour l'eau)


*****

au delà du possible

onemove

Messages : 16
Date d'inscription : 18/09/2011

Re: Le couchage pour les nuls

Message par onemove le Dim 9 Oct - 7:02

entièrement d'accord avec toi !

kekedj
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 19
Date d'inscription : 22/01/2012
Age : 39
Localisation : abbeville 80

Re: Le couchage pour les nuls

Message par kekedj le Dim 22 Jan - 18:16

slt
pour ce qui est de la température
BEAR GRILLS dit toujours que 100m d'altitude =2deg de température
c'est pas loin de la vérité je crois non?
@+
jerome

ileik
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 27
Localisation : mirepeisset

Re: Le couchage pour les nuls

Message par ileik le Mar 24 Jan - 6:30

pour la température mon prof de topographie et climatologie m'a toujours dit en france 0.5°c pour 100m d'altitude après il faut être dans le même climat si tu passe d'un méditerranéen a un atlantique tu auras des changement plus importants

Renan
Adhérent LRMA
Adhérent LRMA

Messages : 1194
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 34
Localisation : Corconne Gard

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Renan le Mar 24 Jan - 8:34

Je commencerais a écouter monsieur Grylls quand il mangera autrement que comme un goret =x


*****


"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions."
Boulet

Psycho_Pat
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 187
Date d'inscription : 27/10/2011

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Psycho_Pat le Mar 24 Jan - 14:41

je confirme, habitant a pas loin de 1000 metres d'altitude, que lorsque je montre dans ma montagne, la temperature chutte entre 0.5 et 1°C / 100 metres pour un départ aux alentours de 400

Vitalik
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 42
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 27

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Vitalik le Jeu 3 Mai - 1:15

Bonjour,

j'aimerai me prendre un sac de couchage 2 saisons très lite pour les OP
et pourquoi pas rando et j'ai épluché pas mal de review mais je suis
tombé par hasard sur ce modèle http://www.dz-equipement.com/0062-couchage-highlander-challenger-lite-p-1245.html mais je n'ai trouvé aucun retour sur cette marque, j'aimerai donc savoir ce que ça vaut si l'un de vous connait cette marque, les chiffres me semblent un peu présomptueux vu le poids du machin (mais bon c'est courant).

Mes critère sont les suivants:
_peu volumineux (rentre dans un motherlode en plus du bordel)
_température jusqu'à 0°C+ on dira
_aux couleurs de la nature ou noir/gris à la limite mais pas camo
_moins de 100€

Évidemment j'ai été voir chez les snugpak les merlin ou elite qui m'avait tout d'abord attirés mais cet highlander me semble pas mal (pour faire de l'airsoft, prendre un highlander c’est pas banal n'empêche ^^)

Sebastos
Membre bureau LRMA
Membre bureau LRMA

Messages : 4441
Date d'inscription : 16/04/2011
Age : 41

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Sebastos le Jeu 3 Mai - 7:08

La plage de température extrême et confort me paraît un chouilla bizarre. Généralement la température de confort est comprise entre 5 et 10°C de plus que la température extrême, or la, elle n'est qu'à 3°C de plus.
Et franchement, à ce pris là ... personnellement, je me méfierai.

Je pense me prendre un Snugpak Elite 2 (Confort 2°C / Extrême -3°C ; poids 1300gr / compressé 18x19cm ; prix : 95.90€ sur Pyrene Bushcraft) avec un bivi, j'estime que la température extrême devient la température de confort.


*****


Sors tes mains de tes fouilles, si tes couilles explosent, tu vas finir manchot.
S'il y a un doute ... il n'y a pas de doute.

loky
Adhérent LRMA
Adhérent LRMA

Messages : 265
Date d'inscription : 02/11/2011
Age : 25
Localisation : Poitiers

Re: Le couchage pour les nuls

Message par loky le Jeu 3 Mai - 8:07

ou alors : http://www.asmc.de/fr/Camping/Couchage/Sacs-de-couchage/Sacs-de-couchage/Sac-de-couchage-Snugpak-Sleeper-Lite-kaki-p.html

Fred pourra te confirmer qu'il est étanche en plus Wink
Personnellement, le mien est en route,


*****




jackportenawak
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 81
Date d'inscription : 17/04/2012
Age : 26
Localisation : Poitiers

Re: Le couchage pour les nuls

Message par jackportenawak le Jeu 3 Mai - 8:51

Pour le moment je me contente du "petit" duvet de l'armée française pour dormir en été, celui qui n'est pas plastifié.
Apparemment ça serait le duvet qu'on met dans le gros ou alors c'est le duvet outre-mer.
A vrai dire je ne sais pas trop. Suspect
Il est super léger (1200g).
Lors de la Griffe Noire j'ai dormis en caleçon et T-shirt dedans avec ma ghillie par dessus mon duvet (pour être moins visible et gagner en chaleur). Je dois dire que malgré le froid, j'ai dormis comme un bébé Razz ...
Je voulais un duvet le plus petit et le moins lourd possible pour cette OP. C'était les seuls critères de sélection.
Le critère chaleur ne s'est pas posé. En effet, avec ma ghillie qui fait près de 8kg 100% jute, je ne risquais pas d'avoir froid Razz...
D'ailleurs ça me fait pensé qu'il faut que j'optimise ma ghillie, mais je ferme cette parenthèse Very Happy .
Puis comme je l'ai déjà, c'était tout bon. Pour me protéger du sol, j'avais mis des fougères tout simplement.

Cette configuration me conviens pour une OP courte. Mais pour un TCH, ou le repos risque d'aider, je pense qu'il faut prévoir d'avantage (poncho notamment).
Mais comme j'essaye de me limité au maximum au niveau du poids d'emport, le choix est assez limité Wink .

J'ai fais un tableur excel pour le TCH, avec tout un tas de paramètre sur le poids des articles, le pourcentage qu'ils occupent, etc, et pour le moment je suis dans l'optique d'emmener un poncho, un duvet, de la paracorde (pour me faire un toit avec le poncho). La protection du sol se fera avec de la végétation (fougères) si il n'a pas plu avant, sinon ça risque d'être hamac.


*****

M1903-A4/Well MB03/P90/M1 Garand/Sten Mk2/Trench-gun/Ak-47s/M1911a1/M9/S&W Sigma/Bazooka M1-A1/Mortier 2inch

Renan
Adhérent LRMA
Adhérent LRMA

Messages : 1194
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 34
Localisation : Corconne Gard

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Renan le Jeu 3 Mai - 9:00

Je vais surprendre, mais pour le TCH, j'avais ça...
Combiné avec un sur-sac étanche, ça avait largement suffit!
Un record question gain de place et poids! Même combiné avec son sur-sac et son sac a viande, on parvient a rester sous la barre des 1kg!

Et quand la température descend trop, on rajoute ça!


*****


"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions."
Boulet

Contenu sponsorisé

Re: Le couchage pour les nuls

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:10


    La date/heure actuelle est Mar 6 Déc - 10:10