Extremilsim


MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

Partagez

Dk
Membre officiel
Membre officiel

Messages : 172
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 39
Localisation : Aude

MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

Message par Dk le Lun 8 Oct - 15:49

MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL OU COMMENT SE SORTIR DE LA MERDE EN PLEINE CAMBROUSSE


Avant toute chose :

Ce document est une version destinée à la lecture. Il a été conçu à l'origine afin d’être imprimé dans un Format compact pour être emmené Partout. Pour l’imprimer, téléchargez les 2 fichiers PDF (pages paires et pages impaires) dans la rubrique "documents" 7 feuilles A4 sont nécessaires pour la totalité du document Lancez l’impression des pages impaires Puis replacez les feuillets obtenus dans Le bac de l’imprimante: attention au sens Lancez ensuite l’impression des pages paires pour obtenir le verso des pages Découpez maintenant les 7 pages et vous Obtenez le meilleur guide de survie de la Planète puisqu’il est toujours dans votre Sac et non sur votre table de chevet ! Bonne Lecture !

INTRODUCTION

Pour un militaire entraîné, la survie consiste à être en mesure de durer dans le temps et de faire tout avec rien. Ce guide n’est pas élitiste et n’est pas destiné aux « experts » des activités extérieures. Il s’adresse à tous et livre les conseils élémentaires ainsi que quelques techniques de bases pour se sortir d’un mauvais pas. Un équipement minimaliste mais primordial est nécessaire. Le matériel HiTech dernier cri ne sert à rien s’il est dans votre placard et pas dans votre poche au moment opportun. D’autre part, le plus sûr moyen de faire baisser la probabilité de se retrouver en situation de danger porte un nom : La Prudence. Enfin, SURVIVRE = 80% de volonté 10% de chance 5% de technique 5% de matériel.


L’ETAT D’ESPRIT DU SURVIVANT:





LES 3 A

C’est avant tout

    ACCEPTER L’EVENEMENT
quelconque et non prévu qui vous met en danger. Se perdre, rester bloqué dans sa voiture, tomber en panne, faire face à une situation de catastrophe sont autant d’éléments qu’il faut accepter afin de réagir de façon adéquate et rationnelle pour mettre un maximum de chance de son coté. En situation, plus vite on prend conscience qu’on ne rentrera pas à temps à la maison pour le film du soir plus vite on passe à la phase suivante qui est;



    S’ADAPTER
à cette nouvelle situation et à l’environnement pour être en mesure de préserver son intégrité et toutes ses capacités et ce, dans un seul et unique but :



    ALERTER OU SE SIGNALER
aux secours afin de se soustraire à la menace.


L’EQUIPEMENT MINIMUM



Une bouteille d’eau (hydratation)

Un poncho (protection contre le froid / Humidité)

Un briquet (faire du feu / se signaler)

Un canif (outil de base / utilisations multiples)

Un sifflet (se signaler)

Un miroir (se signaler)

Un téléphone Portable (communiquer …si réseaux)
Ce matériel représente un encombrement ridicule mais permet à une personne même non entraînée d’augmenter considérablement ses chances de se sortir d’un mauvais pas.

LES BESOINS ELEMENTAIRES




S’abriter / se reposer

Se chauffer

S’hydrater

Manger

Se signaler / Alerter

L’abri, l’eau et le feu sont des priorités immédiates car le froid et la déshydratation peuvent tuer trés rapidement. Le froid tue en quelques heures et la déshydratation en quelques jours.

La signalisation / l’alerte est un cas à part car elle doit demeurer une priorité de tous les instants de jour comme de nuit car c’est elle seule qui fera cesser la situation merdique dans laquelle vous vous trouvez.
L’alimentation n’est pas une priorité immédiate. Un humain peut facilement jeûner plusieurs jours sans altération de sa santé. Il faut des semaines pour que la faim tue un humain. (Raison pour laquelle, la grève de la faim est plus « tendance » que la grève de la soif). Dans les premiers jours de jeûne, on peut ressentir une fatigue parfois accompagnée de vomissements. Pas de panique, c'est normal, le corps réagit au manque de nourriture en commençant à "pomper" les réserves. Il brûle les graisses pour les convertir en sucre et en énergie. Les vomissements sont symptomatiques d'une crise de cyanose. Pas de panique, c'est une réaction normal qui s'estompe dés que le métabolisme s'est habitué

LE FROID





Il est un danger permanent en extérieur. Ne le sous estimez JAMAIS. Même avec de bons vêtements, un séjour prolongé dans la nature peut vous exposer au danger de l’hypothermie.. A toutes les époques, Mourir de froid a été une cause constante des décès chez l’humain.

A SAVOIR:




-La température extérieure chute au cours de la nuit pour être la plus basse au levé du soleil.

-Le corps a physiologiquement tendance à se refroidir en fin de nuit. Ainsi, on peut être transis de froid au petit matin même en plein été.

-Le fait d’être trempé (sueur/pluie) refroidit le corps 20 fois plus vite que s’il est sec.
-En absence d’isolant, le chaud va toujours vers le froid. Conséquence : dormir à même le sol est une mauvaise idée car la chaleur de votre corps va se dissiper dans le sol à vitesse grand V.)

L’ABRI





Sa fonction est de protéger :

• Du froid

• Du vent, de la pluie (facteurs de refroidissement importants)

• Des fortes chaleurs (facteur de déshydratation)

Les points importants de l’abri:

• Un toit le plus étanche possible (bonne épaisseur de branches feuillues, bâche, poncho, sac poubelle, ….)

• une paroi isolante du vent dominant, (Si le toit ne remplit pas cette fonction) branchage + mousse ou feuillages, rocher naturel, tronc couché …..)
• une litière épaisse pour s’isoler du sol. (une épaisseur d’au moins 50cm de branchages). Il faut tenir compte du tassement lorsqu'on est allongé.

A SAVOIR:




-Sans litière vous isolant du sol nu, un abri est inapte au repos/couchage.

-La construction demande du temps, entamez cette phase suffisamment tôt et surtout pas en fin de journée.


-La neige (excellent isolant) peut fournir un bon abri. Recherchez un endroit ou la neige s’est suffisamment accumulée de façon a y aménager un « terrier ». Pratiquez y une entrée très basse en cuvette de façon a « piéger » le froid dans cette zone. l’emplacement couchage sera quand a lui surélevé et muni d’une litière. Marquez le « toit » avec des branches pour ne pas marcher dessus par inadvertance au cours d’une sortie. Ménagez plusieurs trous de ventilation. Ayez toujours à l’intérieur un moyen de creuser. (pelle / raquette à neige / morceau d’écorce).


-Solutions alternatives dans la neige Si la neige n’est pas assez profonde pour un« terrier », on confectionne une litière, un toit et on recouvre ce dernier de neige


Abri d’urgence, sous les ramures d’un sapin.


SE CHAUFFER





Faire un feu permet : De lutter contre le froid De faire bouillir de l’eau pour la rendre potable De cuire de la nourriture De se signaler

A SAVOIR:




Même si vous ne voyez pas d’intérêt à faire un feu dans votre situation immédiate (journée ensoleillée / vêtements de protection adaptés) gardez à l’esprit que vous pouvez être surpris par la brusque chute de température durant la nuit.
Un petit feu qui brûle toute une nuit pour vous tenir chaud et vous signaler consomme une grosse quantité de bois.

Feu: mode d’emploi




1/ Ramasser du bois :

Prévoyez une réserve de bois sec d’un volume équivalent à 1m3 (branches mortes sur les arbres en priorité, bois mort au sol. Evitez le bois vert)

2/ Préparer un foyer :

Délimitez une zone de la taille d’un plat à tarte. Si humidité : recouvrir le fond de pierres ou de bois sec. Etape importante pour éviter un incendie : entourez le foyer de pierre (si absence de pierre, creusez le foyer dans le sol) Evacuez tout combustible de la zone de votre foyer dans un rayon de plusieurs mètres (sauf votre bois de chauffage évidemment) Préparez dans le foyer plusieurs poignés de petit bois. (brindilles d’un diamètre d’une allumette à un petit doigt maxi) Plus le bois est sec et de faible diamètre plus vite il prendra.


3/ Préparer son allume feu :
Préparez un nid d’oiseau gros comme le poing composé de tout combustible de très petite taille et parfaitement sec (écorce effritée, brindille cassée, aiguilles de pins, lichens, copeaux de bois taillés au canif dans une branche sèche, écorce de bouleau, bois gras...)

4/ Enflammer

Enflammez le nid à l’aide du Firesteel ou d’un briquet. Protégez la braise de vos mains et refermez doucement le nid autour de celle ci Soufflez doucement mais suffisamment pour voir apparaître un net dégagement de fumée. Glissez le nid sous la poignée de brindille du foyer et attiser au besoin en soufflant. Attendre que le tout prenne bien.


5/ Attiser et entretenir

Quand le petit bois a bien pris, ajoutez des branches de plus en plus grosses. Attention : ce sont les braises qui chauffent. Inutile de faire une colonne de flamme de plusieurs mètres. Limitez le feu à la taille du foyer.

Autres moyens de créer une flamme:

• Pile/batterie + paille de fer• Allume cigare de véhicule• Loupe + soleil


Autres allumes feu improvisés

• Papiers/journal/carton• carburant• tampon périodique

LE CHAUD





En zone chaude, la chaleur provoque déshydratation et peut provoquer inconscience et coup de chaleur. Pour s’en prémunir :

• Boire souvent et ne pas attendre d’avoir soif pour le faire.

• Evitez les activités intenses pendant les heures chaudes

• Adapter sa tenue vestimentaire et surtout se couvrir la tête et la nuque.
• Toujours se reposer à l’ombre.

S’HYDRATER





Ne rationner jamais l’eau. Le corps ne la stocke pas comme les aliments.

Ne buvez de l’eau non filtrée ou non bouillie qu’en ultime recours

Ne buvez pas d’eau de mer

Buvez souvent en petite quantité plutôt que beaucoup en une fois.

Surveillez vos urines (trop jaunes = déshydratation)

Ne mangez rien si vous ne disposez pas d’eau (accroissement de la déshydratation)
Gardez précieusement tous récipients hermétiques / métalliques transportables

Recueillir de l’eau




Soit en se servant à la « source »: Rivière, torrent, pluie …etc

–Purification obligatoire—


Soit par condensation

--Purification facultative--


Purifier l’eau




  • Avec un récipient métallique:

    Par ébullition : on la filtre a travers un linge propre avant de la faire bouillir pendant au moins 5 minutes


    OU

    Par distillation (toutes eaux y compris urine et eau de mer)





  • Sans récipient métallique:

    Par ébullition : on la filtre à travers un linge propre. On glisse ensuite dans le récipient une pierre chaude directement sortie des braises du feu afin de faire monter l’eau à ébullition





  • Sans feu (cas extrême):On creuse un trou aux abords d’un point d’eau. L’eau va suinter et remplir le trou. On prélève cette eau et on la filtre à travers une masse compacte de mousse / lichens (au moins 20cm d’épaisseur de mousse/lichens bien tassée)


    Ci dessous: Filtre improvisé à partir d’une bouteille de Soda (coupez le haut de la bouteille et percez un trou inuscule dans le cul de celle ci)


    A SAVOIR




    -Boire une eau impropre à la consommation peut vous faire tomber malade. Diarrhées, vomissements, maux de ventre vont accélérer la déshydratation et vous rendre inapte physiquement.

    Boire de la Neige :

    Manger/boire de la neige est fortement déconseillé. (entraîne des diarrhées et donc déshydratation aggravée). Il faut impérativement la faire fondre auparavant. Seule la couche supérieure du manteau neigeux sera prélevée. La neige fournie seulement 10% de son volume en eau. Il faudra donc 10 litres de neige pour 1 litre d’eau. Préparez de la neige pour la consommer est donc un gros travail. Si vous disposez d’une bouteille d’eau en plastique vide, remplissez la de neige et glissez la sous vos vêtements contre votre corps. La chaleur corporelle dégagée pendant votre activité la fera fondre. Dés que le contenu a été réduit en eau, complétez à nouveau avec de la neige.

    A SAVOIR:




    -Absorber de l’eau provenant de la fonte de la neige (pauvre en sels minéraux) peut provoquer des troubles digestifs qui restent néanmoins préférables à la déshydratation.-Même la neige immaculée peut être contaminée (urines d’animaux). Elle ne dispense pas de purification.

    S’ORIENTER





    En survie, l’orientation a pour objectif principal de permettre à un individu de progresser dans une direction et lui éviter de tourner en rond.

    La première règle est d’observer son environnement. Ayez toujours à l’esprit, en terrain inconnu, que vous pouvez vous égarez. Observez donc les environs et mémorisez des points de repère marquants lors de votre progression (sommet, cours d’eau, forme du terrain…).

    Sur sentier, Prenez garde aux intersections souvent trompeuses lorsqu’on revient sur ses pas. Au besoin, balisez chacune d‘elles à l’aide de pierre ou branches mortes pour faciliter un retour en arrière.


      Petit rappel :



    -On s’oriente à l’aide des points cardinaux : Nord, Sud, Est, Ouest.

    -Une fois une direction de marche déterminée, on prend un repère visuel correspondant à la direction à suivre (sommet, vallée, arbre isolé etc…) Une fois le repére rejoint, on fait un nouveau relevé.

    -De façon approximative, le soleil se lève à l’Est, se couche à l’Ouest. En milieu de journée, lorsqu’il est au plus haut (ombre portée au sol la plus réduite) il indique le Sud.


      Quelques techniques simples pour trouver approximativement le Nord :




      De JOUR avec une montre




    Explication Schéma Hémisphère NORD Dans l’Hémisphère Nord, montre à plat, on la fait pivoter pour que l’aiguille des heures pointe vers le soleil. On obtient un angle formé par l’aiguille des heures et le 12H du cadran. La pointe de l’angle (bissectrice) indique le Nord. Attention: régler la montre à l’heure du méridien de Greenwich (temps universel) pour affiner l’estimation.
    Pour l’hémisphère Sud, consultez le schéma en annexes à la fin du manuel


      De NUIT dans l’hémisphère Nord




    Explication : On repère la Grande Ourse (forme une grande casserole). Pour se donner une idée de la taille de cette constellation, en tendant le bras, doigts de main écartés, « la casserole et son manche » remplissent largement toute votre main. A partir de ce point de repère, grâce au schéma, vous pouvez repérer sans problèmes l’étoile polaire situé à proximité de la Grande Ourse. Cette étoile vous indique la direction du Nord.
    ---
    Pour l’hémisphère SUD, consulter le schéma en annexes à la fin du manuel

    SE SIGNALER





    Le signalement doit demeurer une priorité de tous les instants. Plus vite les secours sont là, plus vite vous êtes sorti d’affaire.

    Plusieurs méthodes:

    Différents signaux visuels le jour

    Agitez un tissus de couleur vive en se plaçant dans une zone dégagée. Faites des gestes les plus amples possibles Bras tendus et écartés, formant un V.

    Allumer un feu et y jeter une bonne brassée de branches vertes pour dégager une fumée épaisse facilement visible.



      Utilisation d’un miroir de dêtresse
    Par temps ensoleillé:



    Son éclat est très puissant et attirera immanquablement l’attention. Les miroirs de signalisation sont dotés d’un orifice au centre pour permettre une visée précise et sont réfléchissants sur les deux faces.


      EMPLOI :
    Tenez le devant votre visage, soleil face à vous. Pivotez de façon a amener la cible de votre signal dans l’orifice. Dans le même temps, une tache de soleil pénétrant par l’orifice apparaît sur votre visage. Tout en maintenant votre cible dans l’orifice, pivotez doucement de façon a amener la tache de soleil le plus prés possible de votre oeil. C’est seulement lorsque vous avez la bonne position des trois éléments (miroir+tache de soleil sous l‘oeil+cible) que votre éclat frappe la cible.



      Les miroirs simples, sans double face ni orifice de visée:





      EMPLOI :
    Placez vous face au soleil. D’une main, tenez le miroir prés de votre visage sous votre oeil directeur. Tendez l’autre bras et formez un V avec l’index et le majeur. Placez la cible dans le creux du V ainsi formé. Pivotez le miroir de façon a maintenir la cible dans le creux du V et de voir apparaître une tache de soleil sur vos deux doigts, la plus centrée possible. C’est seulement lorsque vous avez la bonne position des trois éléments (miroir+tache de soleil+cible) que votre éclat frappe la cible.


    Certaines matières ou objets peuvent remplacer un miroir (Compact Disc, couverture de survie, lame de couteau …)


      Les différents signaux visuels la nuit



    • Allumez un feu

    Utilisez une lampe de poche en émettant un SOS ( 3 éclats courts / 3 longs / 3 courts)

    Utilisez toute source lumineuse (flash d’appareil photo, gerbe d’étincelles de firesteel / briquet, écran éclairé de téléphone portable…)


      Les signaux sonores (jour et nuit)



    La voix : « Au secours, A l’aide !!» peu paraître la méthode la plus pratique mais n’est pas forcément la plus fiable. A utiliser pour une cible proche car la voix humaine porte à peu de distance même en hurlant. Si vous êtes blessé, vous ne pourrez peut être pas crier.

    Le sifflet, beaucoup plus efficace et moins épuisant (idéal en cas de blessure). Il permet d’émettre un son strident à longue portée en dépensant très peu d’énergie.


    Frapper sur un objet produisant un son plus puissant que la voix

    A SAVOIR:




    Visuels ou sonores, autant que possible, essayez d’émettre des signaux par groupe de 6 à intervalle régulier (ex: 6 coups de sifflets par minute) Si vous êtes repérés par des moyens aériens, l’appareil va s’approcher pour contrôler la source du signal émis (Vous). Indiquez au pilote que vous avez besoin d’aide en utilisant la position du schéma cidessous.


    A SAVOIR:




    Si la probabilité de recevoir du secours est faible (terrain difficile d’accès, manque de visibilité) et que vous devez vous déplacer, laissez derrière vous des signes évidents indiquant la direction prise. Ainsi, d’éventuels sauveteurs auront plus de chance de vous retrouver)


    LES NOEUDS




    Indispensables a connaître pour attacher, fixer, sécuriser matériel et personnel En absence de lien digne de ce nom,« cannibalisez » votre équipement et utilisez des liens non indispensables à votre protection contre les intempéries. (cordons de serrage de parka, de sac, ceinture, longueur de sangles inutiles etc…). En cas d’extrême pénurie, utilisez des morceaux de tissus, des fibres végétales tressées, des lanières d’écorces fraîches.


      Quelques noeuds intéressants




    Noeud de chaise. Un noeud simple, solide, fiable (ne glisse pas) facile a défaire, c’est le noeud à tout faire..


    Noeud de chaise coulissant


    Noeud en huit


    Noeud plein poing


    Noeud de Pêcheur


    double Noeud de paille (sangles)


    Technique de descente en rappel

    PHENOMENES DANGEREUX COURANTS




    ORAGE ET FOUDRE





    L’orage se développe en présence d’un Cumulonimbus (nuage gris / violet à très forte extension verticale, en forme d’enclume).
    Ce nuage est dangereux car c’est une énorme batterie électrique qui cherche à se décharger sur le sol. L’air qui sépare le nuage du sol, joue le rôle d’isolant. Le courant électrique / foudre va donc rechercher le plus court chemin vers le sol en traversant le moins d‘air possible.

    Ainsi : tout objet ou masse proéminente peut être potentiellement touché, quelque soit sa matière (pas nécessairement métallique): un pic rocheux, un arbre + haut que les autres, un individu isolé au milieu d’un pâturage, un cabanon au milieu de la lande….

    D’autre part, La foudre, outre le danger d’impact direct présente deux autres dangers

    1. Un souffle autour de la zone d’impact. Similaire à une explosion, ce blast peut provoquer des lésions aux organes creux.

    2. Un courant de dérivation qui se répand dans la zone touchée (impact indirect)


      COMPORTEMENT :



    A l’approche d’un orage, il faut quitter tout sommet de crête / colline et redescendre le plus vite possible en contrebas. Si on est isolé en plaine, seul au milieu d‘un champ, on constitue soit même la proéminence qui va favoriser l’impact. Il faut fuir cette situation pour rejoindre une zone disposant de proéminences plus élevées que soi (au moins 5 à 10m de haut) et rester dans un rayon éloigné correspondant à la hauteur de ces proéminences.

    Exemple :

    Se tenir à 10m d’un rocher de 10m de haut. Vous allez certes vous faire « rincer » par l’averse mais serez protégé de la foudre car bénéficiant d’un« paratonnerre » naturel (le rocher). En restant a distance de ce dernier, vous évitez du même coup un impact indirect.

    Si possible, attendre en s’asseyant en boule sur quelque chose de sec (sac a dos). Si vous vous déplacez en groupe, marchez de façon dispersée.

    Si vous ressentez un bourdonnement d’abeille et que vos cheveux se dressent sur la tête, jetez vous au sol le plus vite possible.

    Ne jamais s’abriter sous un arbre ni s’appuyer sur la paroi d’une proéminence. Les proéminences vous servent de paratonnerre, jamais d’abri.

    A SAVOIR:



    -On ne meurt pas forcément d’un impact de foudre.

    INCENDIE DE FORET





    Réagir si l’on est pris dans un incendie de forêt.


      COMPORTEMENT :



    Si l’incendie progresse vers vous, il faut courir, le plus vite et le plus longtemps possible pour tenter d’échapper aux flammes et aux fumées et tenter de trouver un terrain moins boisé que les flammes contourneront ou mieux un cours d’eau pour y plonger et y attendre le passage des flammes.

    Autre solution: allumer un feu afin d’enflammer la zone qui se trouve devant vous et suivre pas à pas la progression de ce mini incendie. Il progressera en ne laissant derrière lui aucun combustible pour l’incendie principal qui suit. Ainsi vous bénéficierez d’une zone refuge vous permettant de franchir le rideau de flamme sans risque.

    -Si l’incendie vous rattrape ou vous encercle: enlevez vos vêtements synthétiques, ne gardez que les vêtements en fibres naturelles sur vous (coton, lin, laine) ils ne fondront pas. Couchez vous au sol en vous recouvrant partiellement de terre si possible. Placez vos mains autour de votre tête pour protéger votre bouche et votre nez. Restez ainsi le plus longtemps possible et priez. Ne vous relevez pas. Les gaz brûlants de l’incendie vous brûlerez les poumons.

    -Autre solution tout aussi risquée et extrême : progresser au raz du sol en direction du feu pour franchir en apnée le rideau de flamme et gagner le plus vite possible la partie déjà brûlée. De ces deux dernières solutions, vos chances d’en réchapper sont infimes mais certains y sont parvenus ainsi.

    A SAVOIR:




    -Un incendie progresse extrêmement vite. Plus vite qu’un homme en pleine course.

    -Plus le vent souffle, plus l’incendie progresse rapidement

    -On y meurt plus sûrement asphyxié que brûlé.

    AVALANCHE





    Réagir si une avalanche se déclenche et vient droit sur vous.


      COMPORTEMENT :



    1 - Tentez d’échapper au flux principal en vous échappant latéralement.

    2 - Avant que le flux ne vous atteigne :

    -Si présence d’une nuée environnant l’avalanche (avalanche de poudreuse) couvrez vous les voies respiratoires avec capuche / écharpe pour ne pas mourir noyé par la masse d’eau pulvérisée.

    -Si absence de nuée et présence de plaques en glissement, débarrassez vous de vos skis, bâtons, sac a dos…. Ils ont tendance à vous entraîner au fond.

    3 - Une fois pris dans le flux, nagez (crawl ou brasse peu importe) le tout est de vous maintenir en surface. Ne tentez pas de résister, ça ne sert à rien et vous seriez entraîné en profondeur.

    4 - Quand l’avalanche commence à ralentir, battez des bras et des jambes pour ménager un espace d’air VITAL au niveau de votre thorax et de votre tête.

    5 - Tentez de vous extraire vers la surface. En cas d’impossibilité, attendre et ménager sa respiration.

    A SAVOIR:




    -Ne fuyez jamais vers le bas, l’avalanche vous rattraperez à coup sûr.

    -Les chiens d’avalanche sont très doués

    MAUVAISES RENCONTRES




    LES SERPENTS





    PRINCIPES DE BASE:

    La majorité des serpents sont craintifs et fuiront à votre approche.

    Ils sont sourds mais perçoivent très bien les vibrations du sol (les pas du promeneur)

    Les glandes qui secrètent le venin mettent plusieurs dizaines de jours à le produire. Conséquence : le serpent est radin avec son venin. S’il mord pour se défendre une victime trop grosse pour être mangée (un humain): il n’y a pas systématiquement envenimation (9 chances sur 10 d’être mordu « à sec »)
    En France, les morsures de vipères sont rarement mortelles.


      COMPORTEMENT EN CAS DE RENCONTRE:



    Si vous surprenez un serpent, il va prendre une attitude défensive. Immobilisez vous et reculez calmement pour lui ménager une « porte de sortie » .Le serpent est craintif, il prendra la fuite systématiquement.


      COMPORTEMENT EN CAS DE MORSURE (cas d‘une vipère):



    1. S’éloigner du reptile (si possible après identification)

    2. Notez l’heure de la morsure

    3. Se calmer autant que possible et désinfecter la plaie (pas à l’alcool).

    4. Immobiliser le membre touché comme s’il était cassé et ôter tout ce qui peut l’entraver (chaussures, bagues, montres) au cas ou un oedème surviendrait.

    5. Bonus: Si on a de la glace sous la main, mettre dans un linge et appliquer sur la plaie (le froid ralenti la diffusion du venin)

    6. Prévenir les secours, où si l’on ne peut faire autrement: marcher calmement vers la civilisation.

    7. Si 2h après la morsure, aucun oedème n’est apparu sur le membre touché, il n’y a pas eu envenimation mais rejoignez quand même un service de soin.
    Si après ce délai un oedème est apparu, il y a eu envenimation.


      Evaluer son degré d’envenimation:



    Traces de morsure + absence de réaction locale = envenimation nulle / minime

    Traces de morsure + oedème local + absence de symptômes = envenimation minime / moyenne

    OEdème régional du membre + symptômes (hypotension, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées ) = envenimation sévère

    OEdème extensif atteignant le tronc + symptômes sévères (hypotension prolongée, état de choc, saignements) = envenimation grave


      ACTES A NE PAS FAIRE:



    aspirer la plaie avec la bouche

    entailler la plaie

    poser un garrot

    brûler la plaie.

    A SAVOIR:




    Toute morsure sur un enfant est à considérer comme grave. Le venin agit en partie en fonction du nombre de kilos de viande humaine auquel il est exposé. Ainsi pour une même dose de venin, un enfant de 30 kilos réagira plus gravement qu’un adulte de 80 kilos.

    LES CHIENS AGRESSIFS.





    PRINCIPES DE BASE:

    Ne fuyez jamais (il pensera que vous êtes une proie = attaque immédiate) Ne le fixez jamais dans les yeux (il pensera que vous êtes une menace) Ne lui tournez jamais le dos (indécis tant que vous faites face, il peut se décider à attaquer dés que vous lui tournez le dos) Si vous êtes accompagné d’enfants, mettez vous toujours entre eux et le chien.


      COMPORTEMENT EN CAS DE RENCONTRE AVEC UN CHIEN INCONNU



    Ignorez l’animal et continuez comme si de rien n’était. S’il s’arrête et aboie, continuez de l’ignorer sans changer de comportement ou d’allure.

    S’il vient vers vous en aboyant, arrêtez vous et restez immobile sans fixer le chien dans les yeux jusqu’à ce que l’animal constate que vous ne représentez pas une menace et passe son chemin. Au besoin parlez lui calmement.

    S’il vient droit sur vous sans aboyer, (queue droite, regard fixe), il n’a pas peur et peut attaquer réellement. Immobilisez vous et prenez en main sans geste brusque un objet pour le placer entre lui et vous (VTT, sac, parka, sacoche). Cet ustensile vous servira de bouclier improvisé en cas d’attaque. S’il attaque, hurlez un « NON !!» le plus ferme et sec possible.

    S’il n’arrête pas, vous devez à tout prix éviter la morsure et faire en sorte qu’il s’en prenne à votre« bouclier ». Si le combat s’engage, frappez, en essayant de viser le museau, les côtes, la gorge. Si vous tombez au sol à la suite d’une attaque, ne pensez qu’à une seule chose, mettez vous en boule, genoux contre la poitrine, les bras protégeant votre tête de façon à protéger au maximum vos zones vitales (artères, gorge)

    LES BOVINS





    On peut sourire mais quel randonneur ne s’est pas posé de question en traversant un pâturage apparemment vide, jusqu’à ce qu’il se retrouve nez à nez avec un taureau.

    PRINCIPES DE BASE:

    Les bovins ont une vision sur 270°. Ils ont donc un angle mort. Si vous surgissez brutalement dans leur champ de vision, à proximité immédiate, ils réagiront par peur (coup de sabot, charge, fuite)

    Les bovins ne font pas la différence entre un loup, un renard, un chien. Un chien dans un pâturage peuplé de mères et de leurs petits peut donc déclencher une attaque et blesser le propriétaire du chien pris entre deux feux.

    Ne fixez jamais un bovin dans les yeux, surtout un taureau car ses réactions sont imprévisibles Ne tournez jamais le dos à un animal qui s’approche de vous.


      COMPORTEMENT:



    Si vous tombez nez à nez avec un taureau, ne criez pas (il déteste les sons aigus), ne gesticulez pas, restez calme et reculez doucement, sans lui tournez le dos, vers une zone sûre.

    Si vous devez passer à proximité d’un taureau, garder une distance de sécurité de 30m minimum.

    Evitez les vêtements trop voyants et les parfums. Le taureau peut y réagir violemment.

    Soyez extrêmement prudent. Une vache présentera des signes avant-coureur (tête basse, meuglements, ruades). Un taureau en revanche peut démarrer au quart de tour. Si c’est le cas, courez aussi vite que possible. Ne touchez pas les veaux, ne vous placez pas entre un veau et sa mère. Si vous tenez un chien en laisse et que les bovins s’agitent, lâchez le chien et mettez vous hors de portée car il est probable que votre chien soit à l’origine du déclenchement de l’attaque. (Ne vous en faites pas pour lui, il se débrouillera très bien tout seul).

    L’ensemble de ces conseils est applicable à tous les herbivores d’élevage susceptibles d’être croisés au cours d’une randonnée et de façon plus large, ces conseils sont valables pour tous les animaux...

    SECOURISME DE BASE





    (suivre une formation agrée est ABSOLUMENT INDISPENSABLE)


    • Hypothermie

    Exposer la victime à une source de chaleur: feu, chaleur humaine. Lui faire avaler boisson ou nourriture chaude.


    • Etouffement

    Posez la question « Est ce que tu t’étouffes ? »Si positif : pencher la victime en avant, lui maintenir le ventre d’une main et de l’autre asséner maximum 5 claques vigoureuses avec le plat de la main libre entre les omoplates. Si la victime ne recrache toujours pas le corps étranger, appliquer la méthode Heimlich et alternez avec des claques dans le dos. Si perte de connaissance, prévenir les secours.


    • Saignements

    -Presser directement sur la plaie.

    S’il s’agit d’une personne inconnue : Evitez le contact avec le sang de la victime ; Demandez lui de comprimer elle même la plaie ou exercez une pression directement sur la plaie en protégeant vos mains (sac plastique, linge)

    -Allonger la victime. Si la plaie continue de saigner, comprimer là plus fermement.

    -Faire prévenir les secours. Si vous devez relâcher la pression pour alerter, appliquez un pansement de fortune sur la plaie permettant une compression ferme de la plaie (arrêt du saignement).

    -Si un corps étranger est présent dans la plaie, ne pas y toucher et effectuer un point de compression en amont de la plaie.


    • Inconscience

    Vérifier que la victime ne réagit pas. « Si vous m’entendez, serrez moi la main »Libérer les voies aériennes (Col, Cravate, Ceinture) et Vérifier que la victime respire. Mettre la victime en PLS. Alerter les secours et surveiller la respiration de la victime jusqu'à l’arrivée des secours.


    • Réanimation

    • Vérifier que la victime ne réagit pas. « Si vous m’entendez, serrez moi la main »

    • Libérer les voies aériennes (Col, Cravate, Ceinture)

    Si la victime ne respire pas mais que son pouls est présent: pratiquez 2 insufflations puis contrôlez si la respiration est revenue.

    Si absence de respiration, poursuivez les insufflations. Toutes les minutes, vérifiez le pouls. Faites prévenir les secours / Si vous êtes seul, alertez comme vous pouvez dès le constat d’arrêt respiratoire.

    Si la victime ne respire pas et que son pouls est absent Pratiquez un massage cardiaque+insufflations. (15 compressions thoraciques / 2 insufflations) Toutes les minutes, contrôlez les signes de circulation. Faites prévenir les secours / Si vous êtes seul, alertez comme vous pouvez dès le constat d’arrêt respiratoire et cardiaque


    • Fracture

    Immobiliser la victime et évitez toute manipulation du membre atteint. Alertez les secours


    • Brûlures simples

    Refroidir la brûlure en l’arrosant à l’eau froide durant au moins 5 minutes.


    • Brûlures graves

    Protéger la victime. Si vêtements enflammés, empêcher la victime de courir et la faire rouler au sol pour éteindre les flammes avec un vêtement. Arroser la brûlure à l’eau durant au moins 5 minutes et retirer les vêtements de la victime sauf ceux qui adhérent à la peau. Immobiliser la victime (allongée / assise) et prévenez les secours.

    NUMEROS D’APPELS D’URGENCES ( FRANCE )




    SOYEZ CONCIS: donnez le lieu de l’incident + sa nature (agression, incendie, accident de la route, noyade) + le nombre de victime / l’état des victimes + votre identité

    TOUTES URGENCES (depuis un portable) 112

    SAMU 15

    SAPEURS-POMPIERS 18

    POLICE / GENDARMERIE 17

    SOS MEDECIN 3624

    CENTRE ANTIPOISSON

    Bordeaux 05 56 96 40 80

    Lille 0 825 812 822

    Lyon 04 72 11 69 11

    Paris 01 40 05 48 48

    Marseille 04 91 75 25 25

    Rennes 02 99 59 22 22
    Toulouse 05 61 77 74 47

    SECOURS EN MER / BORD DE MER 1616

    N° Opposition Carte Bancaire 0892 705 705

    NUMEROS D’APPELS D’URGENCES ( EUROPE )



    Nota : La langue de votre correspondant est celle du pays ou vous vous trouvez. Votre correspondant étant en général bilingue Anglais. Consultez le lexique ci dessous pour décrire votre situation
    N° EUROPEEN TOUTES URGENCES 112

    N° EUROPEEN DISPARITION D’ENFANT 116 000

    LEXIQUE URGENCES / ANGLAIS




    PHRASES


    Je ne comprends pas............................. I don’t understand

    Je suis Français........................................ I’m French

    Mon nom est:.........................................My name is:...

    J’ai besoin d’aide......................................I need help

    Je suis perdu .............................................I’m lost

    J’ai une blessure....................................I have a wound

    Je saigne .............................................I’m bleeding

    Je me suis cassé le bras/jambe.................. I break my arm/leg

    Je suis malade ............................................I’m sick

    Je ne peux pas bouger..................................I can’t move

    J’ai besoin d’un médecin ...........................I need a doctor

    Elle est Enceinte.................................. She is Pregnant

    Je suis asthmatique ..................................I have asthma

    Mon enfant a disparu............................ My child disappear

    Un homme se noie .................................A man is drowning

    Un -serpent / chien- m’a mordu..............A -snake / dog- bite me

    Quelqu’un a volé mon portefeuille..........Somebody stole my wallet

    Je déclare le vol de ma CB…I report you the theft of my credit card

    Voici ma position...............................Here is my location

    Je suis juste à coté de.................................I’m near...

    Nord / sud / est / ouest...................North/ South/ East/ West

    Gauche / droite....................................... Left / Right

    Haut / Bas ...............................................Up / Down

    MOTS UTILES


    Accident de voiture................................... Car accident

    Explosion................................................ Explosion

    Incendie...................................................... Fire

    Inondation................................................... Flood

    noyer ................................................to be rowning

    Coup de feu ...............................................Gun shot

    Pompier ....................................................Fireman

    Police ......................................................Police

    Os cassé ...............................................Broken bone

    Fracture.................................................. Fracture

    Crise cardiaque .......................................Heart attack

    Arrêt cardiaque .....................................Cardiac arrest

    Arrêt respiratoire ..............................Respiratory arrest

    Fièvre....................................................... Fever

    Saigner................................................... To bleed

    Brûlure peau............................................. Skin burn

    Avoir un malaise .....................................To feel faint

    LIEU


    Rivière...................................................... River

    Lac ...........................................................Lake

    Mer............................................................ Sea

    Ville/agglo.............................................. Town/City

    Rue .........................................................Street

    Pont ........................................................Bridge

    Forêt....................................................... Forest

    Montagne ..................................................Mountain

    Chemin ................................................Country road

    Route .........................................................Road

    Autoroute ..................................................Highway

    ANNEXES :


    TEMPS UNIVERSEL (TU) Par rapport à la France:

    heure d’hiver (-) 1h = TU

    Heure d’été (-) 2h = TU

    Guadeloupe TU (–) 4 heures

    Los Angeles TU (–) 8 heures

    Moscou TU (+) 3 heures

    Réunion TU (+) 4 heures

    Pékin TU (+) 8 heures

    Nouvelle Calédonie TU (+) 11heures

    Technique simple pour trouver approximativement le Nord :

    De jour avec une montre dans l’hémisphère SUD. la technique varie. On pivote le 12h de la montre pour qu’il pointe vers le soleil. Le Nord est alors indiqué à mi-chemin de l’aiguille des heures. Voir schéma


    De Nuit dans l’hémisphère SUD :


    Quelques Conversions : (Métriques / US)

    1 mm = 0.0393 inch 1 Inch = 25,4mm

    1 m = 3.28 feet 1 foot = 0,3 m

    1 km = 0.621 mile 1 mile = 1,609 km

    1 ha = 2,47 acre 1 mile marin = 1,853 m

    1 litre = 0.26 gallon ou 33oz 1 gal = 3,78 litres
    1 kg = 2.20 lbs 1 lb / 16oz= 0,453 Kg ".


    "PETIT MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL OU COMMENT SE SORTIR DE LA MERDE EN PLEINE CAMBROUSSE"

    Mis au point et Réalisé en Décembre 2007 par Gauthier et Florent



      Source : http://silex-mindset.pagesperso-orange.fr/index.html





    • Mémento de Survie en Milieu Naturel

      Un must: 7 pages A4 seulement pour la totalité du document. Imprimez d'abord les pages impaires, puis retournez les feuillets obtenus et lancez l'impression des pages paires. Le résultat final tient sur un format poche de 15/11/0.4 cm pour quelques grammes.

      version imprimable pages impaires PDF
      version imprimable pages paires PDF




    *****



    ***IL FAUT APPRENDRE POUR CONNAÎTRE,CONNAÎTRE POUR COMPRENDRE,COMPRENDRE POUR JUGER!!***
    [ ©Copyright by Dk ]

    Sebastos
    Membre bureau LRMA
    Membre bureau LRMA

    Messages : 4441
    Date d'inscription : 16/04/2011
    Age : 41

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Sebastos le Lun 8 Oct - 15:58

    T'as copié tout le bouquin ??? Laughing

    En tout cas, tout est bon à prendre même si maintenant, on commence à être un peu aguerri à certaine techniques.


    *****


    Sors tes mains de tes fouilles, si tes couilles explosent, tu vas finir manchot.
    S'il y a un doute ... il n'y a pas de doute.

    Dk
    Membre officiel
    Membre officiel

    Messages : 172
    Date d'inscription : 11/03/2012
    Age : 39
    Localisation : Aude

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Dk le Lun 8 Oct - 16:04

    C'est un Memeto qui peux etre télécharger , et chaqu'un peux ajouter des choses qu'il lui semble les plus importante pour lui , et en faire un petit bouquin , pourquoi pas a mettre dans son Sac !


    *****



    ***IL FAUT APPRENDRE POUR CONNAÎTRE,CONNAÎTRE POUR COMPRENDRE,COMPRENDRE POUR JUGER!!***
    [ ©Copyright by Dk ]

    Niko_41

    Messages : 1124
    Date d'inscription : 01/08/2011
    Age : 39
    Localisation : Blois

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Niko_41 le Mar 9 Oct - 7:27

    Beaucoup de chose !
    C'est vrai que ça résume bien.

    Par contre je ne suis pas d'accord avec ça :
    Ne buvez pas d’eau de mer

    Ce n'est pas tout à fait juste et c'est malheureusement ancré dans la mémoire collective.

    Il est possible de prolonger de façon considérable le temps de survie si on boit de l'eau de mer.

    Cela ne veut pas dire que l'eau de mer n'est pas dangereuse, il y a des règles à observer rigoureusement et qui sont basées sur des expérimentations: La plus fameuse est celle d'Alain Bombard qui partit seul, sans nourriture et sans eau pour traverser l'Atlantique comme un "naufragé volontaire" sur son canot pneumatique.

    Le principe est de trouver la limite entre la déshydratation qu'il faut éviter en buvant et l'empoisonnement par les sels contenus dans l'eau de mer.

    Je ne vais pas rentrer dans les explications scientifiques, mais elles se trouvent dans les livres spécialisés (voir le très bon livre de Xavier Maniguet: Comment survivre en mer ). Je me contente de résumer les principes et de les illustrer par un cas concret.


    Quelques règles élémentaires:
    > Ne pas attendre de souffrir de la soif pour commencer à boire de l'eau de mer, on est alors déjà déshydraté et l'eau de mer ne fera qu'empirer les choses.
    > Quand on boit de l'eau de mer, il faut en absorber 500 gr par jour par petites gorgées toutes les 2 à 3 heures. (avoir un doseur)
    > Alterner 5 à 6 jours d'eau de mer (on pourrait aller jusque 7), et trois jours d'eau douce quelle qu'en soit l'origine (pluie, eau de poisson, ...)
    > Ne pas manger d'aliment salé pendant la période "eau de mer".
    > Quand on ne dispose plus de boisson (c'est le cas ou on a dépassé le nombre de jour d'absorption d'eau de mer sans avoir pu récupérer de l'eau douce), il faut s'abstenir de toute alimentation (hors poisson frais qui contient beaucoup d'eau) car la digestion des aliments consomme de l'eau en réserve dans le corps. On supporte mieux le manque de nourriture que le manque d'eau.
    > Se donner tous les moyens de pécher le maximum de poisson dont la chair apporte nourriture et eau quand on la presse.




    *****

    Keep Low. Move Fast. Kill First. Die Last !

    Dk
    Membre officiel
    Membre officiel

    Messages : 172
    Date d'inscription : 11/03/2012
    Age : 39
    Localisation : Aude

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Dk le Mar 9 Oct - 9:55

    Consommer de l'eau de mer ou pas tout dépend de la situation!

    J'ai parcours il y a pas mal de temps le libre Naufragé volontaire du Docteur Bombard qui est pour moi le spécialiste en survie en pleine mer.



    Un peux d'histoire :



    *****



    ***IL FAUT APPRENDRE POUR CONNAÎTRE,CONNAÎTRE POUR COMPRENDRE,COMPRENDRE POUR JUGER!!***
    [ ©Copyright by Dk ]

    Fred
    Membre officiel
    Membre officiel

    Messages : 214
    Date d'inscription : 30/06/2011
    Age : 36
    Localisation : Le Havre

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Fred le Mar 9 Oct - 14:52

    Le problème dans le fait de boire de l'eau de mer, c'est que ça ne désaltère pas.. Au contraire, ça assoiffe.
    De plus, quand on arrive à se poser la question de boire ou pas de l'eau de mer pour survivre, il faut avoir conscience que c'est aussi choisir de perdre un rein, car ils ne le supportent pas bien longtemps.
    L'eau de mer accentue les chances d'avoir le mal de mer (tout comme la faim et la fatigue).. Et avoir vraiment le mal de mer, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est pas juste des nausées interminables, c'est aussi des vertiges et une perte de force générale. Et le morale qui va avec. Or le moral, pour la survie, c'est indispensable.

    Ou alors, l'hydratation à la Bear Grylls, en se mettant un tuyau dans le c**..


    *****



    Laïus75

    Messages : 3
    Date d'inscription : 06/09/2015
    Age : 25
    Localisation : Paris

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Laïus75 le Lun 7 Sep - 9:41

    Salut ! Je ne trouve pas les PDF dont tu parles. Peux-tu m'envoyer les deux liens pour que je puisse les télécharger et les lire tranquillement ? Tes conseils me semblent intéressants bien qu'évidemment " basiques " : c'est à partir d'une base que l'on peut aller loin. ^^
    Bonne journée,
    Laïus75

    Laïus75

    Messages : 3
    Date d'inscription : 06/09/2015
    Age : 25
    Localisation : Paris

    Mal lu

    Message par Laïus75 le Lun 7 Sep - 10:39

    Aah ! C'est bon. En fait, je n'avais pas lu jusqu'à la fin. Désolé ! ^^'

    Contenu sponsorisé

    Re: MEMENTO DE SURVIE EN MILIEU NATUREL

    Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:03


      La date/heure actuelle est Jeu 8 Déc - 4:03